Bertrand, patron du Synthi : portrait

Pour ma toute première interview, j’ai pensé m’adresser à Bertrand, le patron du Synthi, rue de Chateaudun. J’aime beaucoup ce bar à bières et la personnalité du propriétaire m’a tout de suite séduit. Souriant et calme, Bertrand inspire aussitôt la sympathie tant il paraît profondément gentil. Mais c’est un oiseau rare, et j’ai eu un peu de mal à le dénicher…

Après quelques essais, et quelques bières bues en l’attendant – odieux supplice ! – j’ai tout de même réussi à lui voler quelques minutes de son temps. Il s’est aimablement livré à l’exercice et a accepté de répondre à mes questions. Il s’est même laissé prendre en photo !

IMG_20171116_191141

Bertrand n’a pas toujours été patron de bar, loin s’en faut. Après des études en Histoire de l’Art, il a été quelques temps le directeur de la publication de La Griffe, le magazine culturel qu’on trouvait partout à Rennes dans les années 90. Il a aussi travaillé pour Overcome Records, un label Hardcore rennais connu des amateurs qui a fermé en 2007. Après un « passage à vide », comme il le dit pudiquement, et un petit détour par les chemins de la réinsertion professionnelle et de la charpenterie de marine, il a finalement trouvé du travail au Synthi, comme barman.

IMG_20171129_183902Catherine, l’ancienne propriétaire du Synthi lui propose en effet un beau jour « d’ouvrir pour elle ». Quand il parle de cette femme, c’est avec beaucoup de douceur et non sans un certain respect. « Catherine », explique-t-il, c’était un peu « la maman des clients ». Elle accueillait tout le monde, « même les clodos ou les psychotiques de Guillaume Régnier ». « Moi, ajoute-t-il aussitôt, je ne suis ni la maman ni le papa ; le copain à la rigueur. » Deux ans plus tard, la « maman » de substitution devient tout à coup – chose inattendue à l’âge de 51 ans – maman pour de vrai. Bertrand se propose alors de lui succéder… Cela fait maintenant dix ans que Bertrand a repris le bistrot. « Ce bar avait déjà une histoire », raconte-t-il. « Si je le reprenais, fallait le garder tel quel. » L’esprit du Synthi ? Accueillir « les gens, comme ils sont. Ici, on fait pas de chichis, ajoute-t-il. La principale qualité d’un bar, c’est que le gens s’y sentent bien. » C’était le credo de Catherine et c’est aujourd’hui le sien, lui qui se voit comme un « continuateur », ou un « passeur ».

Des clients mémorables, Bertrand en a connus. Il se souvient par exemple de « Tcherno », ce costarmoricain qui travaillait chez France Télécom et qui lui a cassé une lampe un soir : « C’est pas moi ; j’ai pas fait exprès », lui a-t-il dit, « dans la même phrase ! » Bertrand s’en amuse encore. Il évoque aussi longuement un certain Alain, professeur d’université à Rennes 2, figure rennaise et « client historique » du Synthi, malheureusement décédé. « C’est plus calme maintenant », ajoute-t-il.

IMG_20171116_190926Les habitués le savent bien – tout le monde m’en parle ! – la principale attraction du Synthi, après les bières et les concerts, c’est le Quiz du lundi. Quand je lui demande comment l’idée lui est venue, Bertrand lisse sa barbe un moment et me raconte : « C’est un copain qui m’a donné l’idée ; il rentrait de Paris; il y a huit ou neuf ans ». Depuis, tous les lundis soirs, c’est le Quiz du Synthi. Le niveau est plutôt relevé tant les questions abordent des  sujets variés et parfois franchement pointus. Il faut dire que la préparation du quiz prend entre 4 et 6 heures chaque semaine ! On y joue par équipe (jusqu’à 5 joueurs) et on teste sa culture générale toute la soirée en buvant des bières. Que demander de plus ?

La bière, puisqu’on en parle, est une des grandes passions de Bertrand. Il faut dire qu’au Synthi, les références ne manquent pas ; je doute qu’aucun autre établissement rennais puisse prétendre à une telle exhaustivité. Ses bières préférées ? La trappiste Rochefort (« la 8 ou la 10 »), bien sûr, mais aussi l’Achel, en blonde et le vin d’orge. Le patron a « toujours aimé la bière ». Il se souvient encore du temps des « débuts des rayons bières » dans les magasins. Il les essayait toutes, pour découvrir. Depuis, il a fait du chemin et parle en fin connaisseur des bières disponibles à la pression. Elles changent tout le temps et il y a toujours un fût d’une bière nouvelle à essayer. Les gens du quartier le savent et apprécient le bistrot pour ça – certains viennent boire une bière en attendant que leur ragoût finisse de cuire ! – et pour toutes ces petites choses qui font du Synthi un lieu si agréable, un lieu où l’on se sent « un peu comme chez soi ».

IMG_20170512_223214

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s